Un retour en enfer : Prisonnière de l’Etat Islamique et mise au ban de la société

Dans le cadre de la campagne Survivantes, ou pas encore : Article issu de Ayny Aynak — Ayah Mohammad – 15/04/2019

 

Il n’y eut pas de fin heureuse pour les citoyens de Rakka après que l’État Islamique vaincu ait retiré ses forces : les effets de l’occupation se font encore sentir et leur ombre plane toujours sur la population. Les plus affectées sont les femmes qui ont enduré toutes formes d’abus et de violences pendant ces jours obscurs, allant de l’arrestation jusqu’au meurtre.

 

Oum Mohammad de Raqqa fut arrêtée arbitrairement et passa deux mois d’horreur dans les geôles de l’EI. À sa libération, elle fut emmurée dans une autre prison, celle de la stigmatisation sociale dont elle fut victime au quotidien. Les voisins ont commencé à l’éviter elle et ses enfants, et ce, au mépris de l’enfer qu’elle avait vécu aux mains de ses geôliers et des châtiments dont avait souffert son mari.

 

Témoignant auprès de Ayny Aynak, Oum Mohammad raconte : ”J’ai beaucoup souffert de l’occupation de notre ville par l’EI. Ils m’ont mise à la rue avec mes enfants, ils ont assassiné mon mari et nous ont tous déplacés. Ils ont utilisé toutes sortes de stratagèmes pour nous humilier et nous dominer, pour nous imposer leur autorité : il nous dictaient notre tenue vestimentaire et ont décrété que la voix même des femmes était obscène et qu’elle ne devait donc pas être entendue.”

 

”J’ai été abusée physiquement, émotionnellement et psychologiquement ”, dit-elle en racontant son emprisonnement.” J’étais affamée, épuisée et malade. À la fin de chaque journée, ils m’injuriaient alors que j’étais au sol, la faim me tordant le ventre. Et tout ce que je pouvais faire était de prier Dieu pour qu’il m’aide et me donne la patience”.

 

Quand prit fin son incarcération, Oum Mohammad ne trouva personne pour l’accueillir ou la réconforter. Au contraire, elle réalisa alors que ses souffrances ne faisaient que commencer. Des larmes dans la voix, elle confie: ” J’ai commencé à remarquer la façon dont les gens me regardaient et cela n’a pas cessé après le retrait des troupes de l’EI. Ils m’envisageaient comme une femme immorale à la réputation souillée, comme si j’avais fait quelque chose de mal et que je devais ‘baisser les yeux de honte’, comme ils disent ici. Je n’avais pourtant rien fait de mal. J’étais comme tant d’autres, coupable de rien, d’aucun péché.”

 

”J’ai été mise à l’écart” elle continue, ”par la société,  par mes proches et par mes voisins. Il me considéraient tous comme une prostituée”.

 

Ce terrible traitement ne s’est pas limité au simple ostracisme, ni aux insultes : il s’est étendu à tous les aspects de sa vie quotidienne et à celle de ses enfants. ”Ils m’ont tellement conspuée qu’ils ont interdit à leurs enfants de jouer avec les miens” explique Oum Mohammad. ” Une fois, mon fils jouait avec le fils d’un voisin dans la cour de la maison ”, se souvient-elle, « et quand sa mère l’a vu, elle s’est ruée sur les deux garçons en hurlant, puis elle a commencé à crier sur moi, en s’époumonant: “Cette femme était une prisonnière de l’Etat Islamique, personne ne devrait lui parler, ni à ses enfants !”.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *